#LePlateauLUX - laboratoire de Société Générale

La coconception et une banque

Lybero.net fait partie de la première promotion du #LePlateauLUX. Mais qu’est-ce ? J’ai demandé à Laurent Marochini, le responsable du #LePlateauLUX de Société Générale de m’en dire plus.

AL - Lybero.net : Comment faut-il dire #LePlateauLUX ?

LM - SGBT : On dit le plateau lux, mais on écrit #LePlateauLUX avec LUX en exposant.

AL - Lybero.net : Qu’est-ce que c’est que #LePlateauLUX ?

LM - SGBT : C’est un lab d’innovation de la Société Générale Bank and Trust (SGBT), la filiale Luxembourgeoise du groupe Société Générale, dont la finalité est d’héberger des startups en lien avec nos challenges business.

AL - Lybero.net : Quels sont ces challenges business ?

LM - SGBT : Cela dépend des métiers de la banque. On peut parler de solution permettant d’automatiser, des solutions de sécurisation, mais aussi des solutions permettant d’obtenir un avantage compétitif : par exemple l’intelligence artificielle pour mieux exploiter nos data.

AL - Lybero.net : L’idée du #LePlateauLUX est venu d’où ?

LM - SGBT : Il y a 3 ans, un programme Culture&Conduct a été créé, on demande aux gens des solutions pour améliorer le quotidien.

Dans ce contexte, l’idée d’un centre d’innovation a émergé.

Avec l’appui de notre direction, nous nous sommes mis au travail.

Nous avons constitué une équipe en intégrant les différents métiers (Business, communication, achat, services généraux pour créer le lieu).

AL - Lybero.net : Et la coordination avec #LePlateau à Paris ?

LM - SGBT : Au cours de ces 6 - 9 premiers mois, il fallait trouver un nom. Très logiquement, nous nous sommes arretés sur #LePlateauLUX compte tenu de notre ancrage au Groupe, et notamment centre d’innovation à Paris qui s’appelle #LePlateau. Nous avions l’ambition de renforcer le réseau mondial de centre d’innovation du Groupe et le nom nous permet de démontrer le lien à ce réseau et d’asseoir une visibilité interne.

AL - Lybero.net : Qui sont les gens du PlateauLUX ?

LM - SGBT : Il y a 3 personnes très présentes, mais c’est pour tout le personnel de la Société Générale. Tout le monde peut venir.

Amandine Guerrier est l’animatrice du lieu. Elle veille au bon fonctionnement du centre (communiquer, rencontrer les startups, animer, coordonner l’usage du lieu).

Philippe Pasquali le Chief Digital Officer de SGBT est le sponsor délégué de la direction. Il est là pour challenger d’un point de vue digital et métier les différentes solutions.

Et Laurent Marochini, moi-même, responsable du centre d’innovation. Mon rôle vise à accélérer la transformation digitale, développer le niveau de compétence technologique des collaborateurs, améliorer l’image de marque du Groupe et être présent dans l’écosystème.

Mais c’est le lab de tout le monde, et un grand nombre de personnes nous aide : la communication, l’équipe transformation, les achats, le service juridique et les opérations. Beaucoup de personnes viennent nous voir.

AL - Lybero.net : Il y a des sujets prioritaires ?

LM - SGBT : Tout ce qui contribue à nos objectifs. Mais on fait le focus sur tout ce qui peut apporter un maximum de valeur : IA, cybersécurité, … Mais s’il y a un gros enjeu business, on mettra la solution en valeur dans le centre d’innovation.

AL - Lybero.net : Est-ce que tu peux nous parler de la première promotion ?

LM - SGBT : 3 startups ont été hébergées :

  • Tale of data : ils éditent une application de préparation et d’exploration des données permettant de préparer l’usage manuel, de faire des rapprochements, et surtout l’usage automatisé des données dans des applications de big data ou d’apprentissage. Leur outil a un grand nombre d’usage. Par exemple, dans une base avec des millions d’enregistrement, il permet de normaliser toutes les données (par exemple les adresses ou les numéros de téléphone), de trouver rapidement les doublons quasi identiques …

  • Myrtea Metrics : Myrtea Metrics propose des outils pour automatiser des tâches complexes dans des processus complexes mais répétitifs. Par exemple, lors d’une réunion de suivi de projet, le chef de projet sait que régulièrement il doit envoyer des mails de relance pour obtenir les indicateurs nécessaires. L’outil va automatiquement proposer le mail au chef de projet, ou un ensemble de mails, que le chef de projet peut choisir. En plus, l’outil apprend, il affine les propositions d’action au fure et à mesure de l’utilisation.

  • Lybero.net : continuer de parcourir ce site pour savoir qui nous sommes ;=).

Ce sont 3 startups de qualité. Il faut réussir à encore mieux embarquer les métiers. On a été efficace dans la sélection, on doit être encore plus efficace sur la transformation. On y travaille avec toutes les parties prenantes (IT, achat, business, …). Il faut aussi prévoir les budgets en amont et anticiper les problèmes d’intégration. On apprend tous les jours. On apprend en terme humain, de process, de technologie.

AL - Lybero.net : Et le travail avec Lybero.net ?

LM - SGBT : L’équipe est persuadée de l’intérêt de la solution. Les équipes Risc, Banque Privée, Private Equity ont été impliquées et ont compris l’intérêt de l’outil. Maintenant, il faut faire le saut. Nous avons été capables d’expliquer finement les besoins des différents métiers pour que toutes les contraintes (fonctionnelles et de sécurité) soient intégrées dans l’outil. Nous nous sommes très bien entendus.

Gilles Dumont (Myrtea Metrics), Amandine Guerrier (SG), Stéphane Hugot (Myrtea Metrics), Thierry Elkaim (Tale of Data), Philippe Pasquali (SG), Jean-Christophe Bouramoue (Tale of Data), devant Arnaud Laprévote (Lybero.net)

#LePlateauLUX

Laurent Marochini et Amandine Guerrier de la Société Générale